Lifestyle statement, à la fois pratique et confortable, la salopette incarne l’idée d’une mode humaniste, fonctionnelle et intemporelle. Oui, mais pourquoi ?

Avant que la salopinha devienne le vêtement populaire qu’elle est aujourd’hui, elle était « cotte », et avant de dire style et attitude, elle disait travail, praticité, et évitait d’abord de se « saloper » (ceci expliquant cela).

Elle est inventée par Louis Lafont en 1844, pour son beau-père, charpentier, avec pour fonction de lui éviter de tâcher ses vêtements. Mais aussi pour qu’il garde ses outils toujours à portée de main.

Au fil des années, elle se peaufine et s’améliore : des bretelles élastiques et ajustables pour le confort, des boucles amovibles pour faciliter le nettoyage, une poche bavette sur le devant, avec des grandes poches latérales pour un accès facile à tout ce qui peut être utile ...

C’est le bleu qui travaille, le beau, le vrai. Et ce n’est pas un hasard si elle séduit encore les artisans 173 ans après sa création.

Vêtement professionnel par excellence donc, la cotte incarne aussi le vêtement unisexe : celui qui qualifie moins par ce que l’on est, que par ce que l’on fait. Et à l’heure où les marques unisexes bourgeonnent pour justement tamiser les différends entre homme et femme, la cotte consacre elle, deux sexes forts et sépare plutôt ceux qui gardent les mains dans leur poche de ceux et celles qui se sont déjà retroussé(e)s les manches.

HABILE, LE RETOUR AUX SOURCES

Au moment où « workwear » signifie plus gravure de mode que gravure tout court, où la « salopette » a pris le pas sur la « cotte », HABILE se réapproprie les fondamentaux de l’authentique vestiaire de travail pour signer une ligne de vêtements de travail bleus, beaux unisexes et surtout modernes.

Pas question ici de célébrer la gloire passée d’un vêtement daté : si la cotte est une pièce chargée d’histoire, l’objectif ici est de remettre au goût du jour les valeurs fortes de son ADN : humilité, passion, effort, répétition, échec, persévérance …

Le travail quoi, celui qui rend fier et qui salit les mains. Ces valeurs sont symbolisées par l’imprimé travaillé en collaboration avec l’illustrateur Imed Gharzouli, sérigraphie sur l’envers du vêtement, et que l’on peut donc afficher fièrement, plastron baissé.

Pour se donner les moyens de ses ambitions, HABILE n’a pas transigé sur la qualité. La cotte est confectionnée au Portugal avec une attention irréprochable. 100% des matières sont naturelles, l’armure sergé rend le vêtement résistant et durable, et les finitions sont impeccables à l’intérieur comme à l’extérieur.

Alors, qu'est-ce qu'on attend pour se salopetter ?